Excite

Cantona au théâtre : Public de merde !

Il est vrai que le scénario écrit par Alfred Jarry dans sa pièce, n'est peut être pas le plus palpitant des textes composés pour le théâtre. La personnage d'Ubu peine à se trouver un public, et l'idée de demander à Eric Cantona de l'incarner était un coup de poker.

Comme au jeu de carte, soit on gagne, soit on perd. En l'occurence ici ce serait plutôt un coup manqué, un gros flop. Le metteur en scène anglais, Dan Jemmett, qui croyais avoir une idée géniale n'est pas parvenu à attirer autant de curieux qu'il l'espérait (la salle de l'Olympia d'Arcachon étant à moitié vide), et ce qui va suivre est presque à la hauteur du célèbre coup de pied donné par Cantona à un supporter de Cristal Palace pendant sa carrière de joueur.

On dit que les absents ont toujours tort, pourtant cette fois ils auront manqué une mise en scène à la limite du compréhensible, ainsi que les crises de colère du conteur Giovanni Calo qui n'arrêtait pas de casser de la vaisselle en procelaine, des oeufs, et des pots de confiture sur scène.

Apparemment même la diction d'Eric Cantona fût embrouillée, et son rôle de père Ubu à peine crédible. Pour ceux qui ne connaissent pas, le père Ubu est un roi déchu, un ancien despote devenu esclave. Mais au boût d'une heure seulement, ce fameux père Ubu quitte la scène, et c'est le vide total.

La lumière s'allume, les spectateurs croient tout d'abord à un entracte, puis commencent à comprendre. La pièce est terminée, les trois acteurs ne sont même pas venus saluer le public, et ces mêmes spectateurs commencent à discuter entre eux dans le hall de l'Olympia. Alors qu'ils se plaignent d'un manque de respect, Eric Cantona laisse un souvenir dans le livre d'or du théâtre, en y écrivant "Public de merde, petits bourgeois". Un vrai professionnel, en somme !

France - Excite Network Copyright ©1995 - 2017