Excite

L'expo Peurs sur la ville

L’impression est glaçante. Le travail artistique, les prises de vues ou l’intensité du moment sont surprenants. Le photographe de guerre Patrick Chauvel a superposé des clichés pris en Tchétchénie, Bosnie et Liban sur des paysages/lieux 'forts' parisiens.

À la première image, on a le souffle coupé. L’exposition Peurs sur la ville rappelle la fragilité de la paix, les désastres de la guerre, les régimes dictatoriaux. Jusqu’à la mi-avril, le travail de l’artiste est proposé à un public qui n’imagine pas l’impact de telles scènes.

Des soldats soviétiques gisant près de la place Vendôme, un char russe explosé devant l’Arc de Triomphe, le sommet de la Tour Montparnasse détruit, des pillages violents à la Samaritaine, un blindé au Panthéon… c’est surréaliste. Le photomontage est d’une grande qualité et original.

Patrick Chauvel a voulu une exposition qui casse les codes d’une 'simple photo' de guerre. En dénonçant 'une fragilité du monde', il a voulu choquer et surprendre. Il y mélange l’art et le journalisme et rend la ville de Paris, historiquement, plus sinistre mais ô combien belle.

L’exposition est organisée avec Paris Match, La Galerie Particulière et La Galerie Photo12. Peurs sur la ville, jusqu'au 17 avril à la Monnaie de Paris (11 quai de Conti, VIe arr.), ouvert tous les jours de 11h à 18h, nocturne le jeudi jusqu'à 21h30, fermé le lundi. Tarifs: plein tarif à 6 €, tarif réduit à 4 €.

Patrick Chauvel: photographe de guerre



Photo: offi.fr (Patrick Chauvel / photomontage Paul Biota)

France - Excite Network Copyright ©1995 - 2017