Excite

Avec Ma Part du Gâteau, Klapisch signe un pamphlet social

Grand spécialiste du film choral, regroupant un nombre important de personnages, Cédric Klapisch aime les acteurs et réussit dans chacun de ses longs métrages à retranscrire l’amitié sur grand écran avec facilité, que ce soit dans Le Péril Jeune, L’Auberge Espagnole, Les Poupées Russes ou encore Paris, son dernier long métrage en date. Excellant dans la mise en scène de destins croisés, Cédric Klapisch s’attaque aujourd’hui à un autre genre, celui du pamphlet social.

Ma Part du Gâteau, son nouveau film sur les écrans le 16 mars 2011, a été tourné en partie à Dunkerque, dans le Nord, et suit les mésaventures professionnelles et personnelles de France, interprétée par Karin Viard, licenciée économique qui quitte mari et enfants pour partir à Paris chercher du travail et elle y croisera le chemin d’un jeune trader.

Mettant en avant une opposition du monde ouvrier ancré dans le réel et le physique avec le monde de la bourse et de ses flux aléatoires et intangibles, Cédric Klapisch a, comme c’était le cas sur Chacun cherche son chat, L’Auberge Espagnole, Les Poupées Russes et Paris, écrit seul le scénario, qu’il a voulu engagé et en lien direct avec l’actualité. Comme souvent chez le cinéaste, le rythme est vif et soutenu, et épaulé par une bande-son dynamique. Film coup de gueule (ce n’est pas pour rien que son héroïne rebelle porte le prénom de France), Ma Part du Gâteau flirte avec des thèmes abordés par Louise Michel, le film de Gustave Kervern et Benoît Delépine (qui ont mis en scène Gérard Depardieu dans Mammuth récemment).

Source photo : Matthieu Deschodt

France - Excite Network Copyright ©1995 - 2017