Excite

Sixto Rodriguez en concert à Paris

Nombre de spectateurs sont sortis bouleversés des concerts parisiens de Sixto Rodriguez (alias « Sugar Man ») au Zénith et à la Cigale. Mais pas forcément pour les bonnes raisons. Ainsi, dans l’antre gigantesque du Zénith, il entre sur scène avec le soutien de sa fille. L’homme est quasi-aveugle et ne peut se déplacer seul. Installé derrière son micro sur une scène beaucoup trop grande pour lui, le concert du désormais légendaire Sixto Rodriguez peut commencer. Et déjà on a un premier pincement au cœur.

Sixto Rodriguez oublie les accords, joue un peu n’importe quoi, sa voix fatiguée ne suit pas, la guitare est même tombée et parfois il marmonne plus qu’il ne chante. Surtout il chante à son rythme et ses musiciens peinent à le suivre. En fait, les gens sont surtout venus pour « Sugar Man », la chanson éponyme du documentaire oscarisé qui a rendu le septuagénaire célèbre dans le monde entier. Le tube interprété dans la douleur, on peut épiloguer sur toutes les raisons qu’il aurait fallu prendre en compte pour ne pas le faire jouer. L’homme est vieux, malade, fatigué, manque clairement de préparation. Mais malgré lui, il est devenu une légende et une légende apparemment doit se montrer.

Mais, étrangement on est aussi heureux de voir qu’à 71 ans l’homme a enfin la reconnaissance que Sixto Rodriguez mérite. Il avait l’air d’être content d’être sur scène. Il était un peu « pompette » (mais le bourré chic) encore une fois, c’est vrai, il a bousillé ses morceaux certes, il avait l’air d’un enfant qui découvre sa guitare le soir de Noël, oui. Mais n’est-ce pas ça l’histoire du rock et du folk aussi ? Lou Reed ou Bob Dylan ne font guère mieux aujourd’hui. A la différence près que Sixto Rodriguez n’a pas le passé musical des deux autres papys. Lui s’est fait plaisir et n’a cessé de répéter que les Parisiens étaient « so sweet ». Au final, c’est peut-être ça le plus important. Pas le concert catastrophique. Pas les spectateurs. Lui.

France - Excite Network Copyright ©1995 - 2018