Excite

Vincent Cassel est Jacques Mesrine

Le film très attendu «Mesrine: l'instinct de mort» sort aujourd'hui dans les salles de cinéma françaises. Sous les traits de Vincent Cassel, Jean-François Richet nous fait revivre l’itinéraire hors du commun de l’ennemi public numéro 1 en France dans les années 1970, à travers deux films qui abordent deux périodes de la vie de Jacques Mesrine.

Voilà une performance de haute volée pour l’acteur Vincent Cassel qui interprète dans ce double long-métrage l'un des rôles les plus complexes de sa carrière: celui d'un homme tout ce qu'il y a de plus simple en apparence et qui va devenir le meurtrier le plus redouté de sa génération.

Jacques Mesrine est un garçon issu d'une famille de la petite bourgeoisie qui se retrouve très rapidement confronté à une violence de grande échelle au moment de la guerre d'Algérie. Après trois ans passés là-bas, il rentre en France en 1959. Son père lui trouve un petit travail qui ne lui convient pas, il y renonce et préfère se lancer dans des petits braquages avec son ami, Paul (Gilles Lellouche) pour gagner davantage d’argent. Paul lui fait rencontrer Guido (Gérard Depardieu), un caïd qui devient très vite le père spirituel de Mesrine. Peu à peu, le jeune homme devient un expert des braquages et change régulièrement de tête pour ne pas être reconnu par la police, ce qui lui vaut le surnom de «l'homme aux mille visages».

Ennemi public numéro 1 en France pendant de longues années, Jacques Mesrine a été abattu par l'anti-gang (brigade de recherche et d'intervention des commissaires Robert Broussard et Lucien Aimé-Blanc), le 2 novembre 1979, porte de Clignancourt à Paris.

La bande-annonce de "Mesrine: l'instinct de mort":



Le producteur Thomas Langmann rêvait depuis longtemps de porter à l'écran la vie de Jacques Mesrine mais en raison de multiples obstacles, il aura fallu beaucoup de temps pour que son ambition se concrétise. Les deux films ont été tournés en neuf mois, de mai 2007 à janvier 2008, entre la France, le Canada, les Etats-Unis, l'Espagne, la Grande-Bretagne et l'Algérie.

Pour l’anecdote, Vincent Cassel aurait refusé une première version du scénario, estimant que le gangster était présenté comme une sorte de héros. En effet, une partie du script est tirée d'un livre écrit par Mesrine lui même alors qu'il était en prison, intitulé également "L'instinct de mort". Le scénariste Abdel Raouf Dafri a alors retravaillé l'histoire, ce qui a finalement convaincu l'acteur. «Il avait réussi à trouver le ton qui dévoilait toute la noirceur et les paradoxes du personnage», explique Vincent Cassel qui a du prendre 20 kg pour réaliser le tournage et s’est totalement investi dans son personnage. «Jean-François Richet a choisi de le filmer au plus près, sans complaisance. Du coup, il revient au public de se faire une idée du bonhomme», a confié Vincent Cassel au Figaro.

Photo: dvdrama.com

France - Excite Network Copyright ©1995 - 2017